L’ortie : Cake et bienfaits de cette belle piquante !

Les orties sont de sortie depuis quelques semaines ! Pour en profiter, je vous propose ce cake salé idéal en cette période où les repas plus légers et les pique-niques pointent leur nez. Pour un goût savoureux, je vous conseille les jeunes pousses (les 5 à 6 feuilles au sommet de la tige)) au goût herbacé bien frais qui fait du bien au corps et aux papilles !
Ici (sur la photo du cake), la recette est sans lait, ni gluten et contient seulement un œuf qui peut être remplacé par une cuillère à soupe de purée d’amandes ou de tahin (purée de sésame) ou bien par une cuillère à soupe de graines de chia ou de lin moulues que vous laisserez gonfler plusieurs minutes dans 3 ou 4 cuillères à soupe d’eau, jusqu’à obtenir un gel.
Vous pouvez bien sûr réaliser des muffins à la place du cake. Pour la quantité donnée, vous devriez obtenir une bonne douzaine de muffins de taille standard.

Ingrédients

100 g d’orties fraîches

40 ml d’huile d’olive

200 ml de lait végétal (amande, riz, avoine…)

1 cs de purée d’amandes

1 œuf (peut être remplacé 1 cs de purée d’amandes en plus de la première, ou comme dit plus haut par des graines de chia ou de lin)

180 g de farine semi-complète (T80) , de petit épeautre ou sans gluten

2 cs de poudre d’amandes (ou 1 cs de farine)

1,5 cc de levure chimique (ou 1 cc de bicarbonate)

1 cs de jus de citron (ou vinaigre de cidre)

1 pincée de sel

Une bonne pincée de gingembre en poudre ou du poivre si vous le supportez bien
Vous pouvez y ajouter des épices tels que du curry par exemple ou un peu d’herbes de Provence.

Préparation

  1. Lavez les orties puis séchez-les délicatement dans un torchon propre.
  2. Préparez le pesto d’orties : dans votre robot mixer ou blender, déposez environ 3/4 des orties, l’huile d’olive et la purée d’amandes. Mixez.
  3. Versez le lait sur ce pesto, mixez à nouveau puis ajoutez la farine, la levure, la poudre d’amande, le jus de citron, le sel et le gingembre en poudre (ou le poivre) et mélangez le tout (ou mixez).
  4. Incorporez le reste des feuilles d’orties cette fois finement hachées.
  5. Mélangez délicatement la pâte puis versez-la dans un moule à cake (ici 20 cm de long, cette longueur est parfaite pour cette quantité).
  6. Parsemez, si vous le souhaitez et surtout si vos intestins vous le permettent, de graines (ici, courges et tournesol) puis faites cuire à 170/180°C pendant 40 à 45 minutes environ.

Le cake doit être moelleux en bouche.

Conseils

Vous pouvez remplacer une partie des orties par d’autres herbes fraîches telles que l’ail des ours ou encore par de la coriandre ou du persil. J’aime particulièrement le mélange ail des ours et orties.

Infos sur les orties

L’ortie de son nom latin « Urtica dioica » (grande ortie) ou « Urtica urens » (ortie brûlante), est l’une de ces plantes sauvages connues et parfois mal aimée à cause de ses propriétés urticantes. Pourtant elle est LA plante à avoir chez soi ! L’ortie est une plante généreuse et très utile !

Pourquoi ? Pour commencer, elle est reminéralisante grâce à sa richesse en minéraux dont le silicium, d’où son utilisation pour la sphère ostéo-articulaire (os, articulations, tendons et ligaments) qu’elle peut par ailleurs désenflammée par son côté anti-inflammatoire et alcalanisant. Elle est également diurétique et sa richesse en nutriments, oligo-éléments et vitamines en fait une vraie petite bombe nutritionnelle !

Pour 100 g de feuilles fraîches, vous trouverez environ 8 g de protéines et la totalité des acides aminés essentiels au bon fonctionnement de l’organisme (tout comme le jaune d’œuf) ! Sèches les feuilles contiendraient 30 à 40% de protéines !!
Cette fabuleuse plante est également riche en magnésium, phosphore, potassium, vitamines K, A, E et B et plus particulièrement en :

  • fer : 8 mg soit autant, voire plus que dans 100 g de viande ou de poisson ! Elle est donc conseillée en cas de carence en fer, d’anémie ou de fatigue.
  • calcium : 630 mg soit autant que dans 100g de persil ou que dans 2 à 3 portions de fromage !
  • vitamine C : autant que dans le persil, l’oseille et autres herbes aromatiques, soit 5 à 6 fois plus que dans 1 orange !

Le plus intéressant est que l’absorption des nutriments de l’ortie est bien plus simple que celle des nutriments de certains aliments riches en fer et magnésium. En effet, ceux-ci nécessitent d’être parfaitement digérés avant de pouvoir être assimilés par le corps contrairement aux nutriments de l’ortie. Si vous souffrez de problèmes digestifs, votre corps a plus de mal à absorber et assimiler les nutriments de certains aliments notamment protéinés (viande, poisson, oeufs, légumineuses…), une supplémentation sous forme d’infusion d’ortie séchée en plus d’un rééquilibrage alimentaire, pourrait donc être intéressant dans votre cas.

En situation de convalescence, de fatigue, de carence en fer, l’ortie peut vous permettre de retrouver la vitalité mais renseignez-vous toujours auprès de personnes compétentes (naturopathe, herbaliste, médecin…) si vous êtes dans une situation particulière et que vous souhaitez tester l’ortie en cure. A savoir, elle est contre-indiquée en cas de prises d’anticoagulants (car riche en vitamine K) et peut interagir avec certains autres médicaments !

L’ortie s’utilise également en externe : en cataplasme sur les douleurs articulaires et les brûlures par exemple, les problèmes de peau, en shampooing contre les pellicules et la chute de cheveux…

Côté Médecine Traditionnelle Chinoise…

En médecine traditionnelle chinoise, l’ortie est considérée comme asséchante et de nature froide.  Elle permet donc d’assécher l’excès d’humidité et de mucosités dans le corps et calme la chaleur (le côte anti inflammatoire et la nature fraîche de l’ortie en MTC, vous faites un certain lien ? ), elle fait circuler et permet l’élimination par l’urine, elle soutient les fonctions du Rein et de la Vessie, et par son côté revitalisant, elle est encore une fois liée à la fonction du Rein qui est la base de la vitalité en MTC.
Côté sang (fer, carence, anémie), l’ortie a un double rôle : elle le nourrit ET stoppe les saignements (le lien avec la vitamine K, vous l’avez ? ).

Attention à ne pas la prendre sur une longue période si vous avez tendance à la frilosité, à une sécheresse interne (muqueuses) ou tout autre signe ou symptôme lié à une sécheresse ou à un manque de chaleur interne (vide de yang).

Vous l’avez compris, l’ortie est LA plante à avoir dans vos placards ! 🙂

Côté cueillette…

L’ortie se cueille dans des lieux propres, hors de toute pollution ! Elle absorbe tout ce qui l’entoure et donc les polluants.

Munissez-vous de gants ou non pour les habitués 🙂 et cueillez-les délicatement par la tige sans toucher les feuilles ce qui évite de se « faire piquer ». Le pouvoir urticant de l’ortie se perd au séchage et à la cuisson donc n’ayez pas peur de ce côté là, l’ortie ne piquera pas en bouche 🙂 Il suffit de blanchir les feuilles 1 minute à peine ou de les passer à la vapeur pour se débarrasser du côté urticant.

Pensez à préserver ses ressources car même si elle se trouve en abondance un peu partout, mieux vaut respecter la cueillette (ce qui est le cas pour toutes les plantes) au risque de se retrouver avec une terre peu fournie au fil du temps bien que l’ortie a tendance à être envahissante. Si vous en trouvez dans un endroit où elle est peu abondante, abstenez-vous d’en cueillir, elle est là pour un rôle précis, la terre a besoin d’elle pour l’enrichir et la dépolluer.

Côté cuisine…

L’ortie se consomme souvent en soupe ou en infusion de feuilles séchées mélangées à d’autres plantes et épices en fonction de vos besoins. Cependant, de multiples mets sont possibles avec cette belle piquante : un pesto, des crèmes chocolatées pour les gourmands, du jus d’ortie mélangé à des légumes et/ou des fruits passés à l’extracteur de jus, une tarte ou quiche salée, une sauce pour accompagner un plat de riz, du poisson, des pommes de terre, des légumineuses ou tout simplement revenues à la poêle avec un filet d’huile d’olive, du sel et quelques épices.

J’espère vous avoir donné envie de réaliser ce délicieux cake et d’en savoir plus encore sur l’ortie et ses bienfaits ! 🙂

Qui s’y frotte, s’y pique ! Si je te pique, c’est pour t’inviter à prendre le temps d’observer et d’écouter…de t’écouter tout en étant à l’écoute des autres. Généreuse envers le monde qui t’entoure et envers toi-même ! Pose tes limites, protège-toi et reste ancrée comme je le suis ».
Urtica, l’ortie

Cette recette est extraite de mon blog « Rêve de gourmandises« . L’article a quant à lui été remis à jour et enrichit.

This function has been disabled for Naturopathie et Pâtisserie.

Retour en haut